Sport ou activité physique ? That is the question

On l’entend partout, il est bien de bouger et de faire du sport, notre santé en bénéficie grandement à plus d’un titre, et il n’y a bientôt plus de problème de santé qui ne pourrait être amélioré par plus d’activité et une meilleure condition physique.

Toutefois, il y a en général une légère confusion de ce qu’est l’activité sportive par rapport à l’activité physique, et cela est dû à un problème sémantique. Plusieurs termes se collisionnent dans ce débat : sport, mouvement, exercice, activité physique. Faisons la part des choses en tentant d’amener quelques définitions pour que nous soyons d’accord sur les mots :

  • Sport : activité volontaire, planifiée, organisée, soit à plusieurs avec des règles (sport d’équipe), soit en solitaire, mais avec des objectifs liés à la réalisation de cette activité en soi (course à pied, séance de natation, entrainement au fitness). Habituellement comprise comme activité à assez haute intensité, impliquant essoufflement et transpiration
  • Mouvement : se comprend assez simplement, comme résultante de toute activité impliquant des contractions musculaires. Ne se définit pas nécessairement par un but particulier (le mouvement peut être la course, mais aussi soulever une casserole, tendre le bras pour appuyer sur la télécommande, remuer les orteils), une intensité ciblée ou un effet d’entrainement (au contraire du sport). L’absence de mouvement est l’antithèse de la vie.
  • Exercice : en parlant d’exercice physique, on se rapproche de la notion exprimée par le sport, avec fatigue, intensité, progression avec la répétition (comme le sport) et application.
  • Activité physique : s’entend généralement comme tout mouvement générant un déplacement du corps, en général d’intensité légère à modérée (marche, randonnée, monter les escaliers, passer l’aspirateur) et ne provoquant pas de fatigue, essoufflement ou transpiration. Elle n’est pas structurée et s’intègre à notre vie de tous les jours. Son but est autre que la réalisation de l’activité en soi, il s’agit de se déplacer d’un point à un autre ou d’accomplir une tâche ménagère, par exemple.

family hike

Lorsque l’on parle de santé et de mouvement, il faut distinguer ces différents éléments, surtout entre le sport et l’activité physique. En terme de santé publique, c’est le maintien (ou la reprise) d’une activité physique régulière (quotidienne) qui va être la plus importante. On sait que même un peu d’activité physique (15-30 min par jour) apporte de réels bénéfices en termes de santé et bien-être, et que quelques minutes de marche vont stimuler l’activité cérébrale de façon à permettre une meilleure capacité cognitive.

Si l’on se déplace dans le domaine de l’exercice, voire du sport, l’intensité augmente et par là-même la stimulation des muscles est plus importante. Cela veut dire que l’on peut améliorer sa force et sa résistance musculaire, mais aussi son endurance cardiovasculaire, car le cœur (myocarde) est aussi un muscle qui répond à sa façon à l’entrainement (pas seulement par l’amélioration de sa capacité de contraction, mais aussi par l’augmentation de sa taille et de sa souplesse à accueillir plus de volume sanguin par battement cardiaque (on appelle ça la compliance cardiaque).

Les problèmes du sport

Ils résident dans le risque lié à l’usure ou la surcharge, qu’elle soit footballaigue ou chronique. Exemple : la course à pied cause régulièrement des problèmes de surcharge de l’appareil locomoteur, surtout des structures d’attachement e
ntre les muscles et les os, soit les tendons. Leur capacité de résister aux contractions répétées est fonction de leur entrainement progressif (très progressif), et même alors, chacun a ses limites d’adaptation qui l’expose à ce type de blessure (la génétique joue là un rôle suspecté depuis longtemps et qui commence à être identifié). D’autre part, selon les sports pratiqués, on s’expose aux blessures traumatiques, choc avec adversaire, ou entorse de cheville tout seul, par exemple.

Alors l’exercice pour la santé, c’est quoi ?

La recette est assez simple en réalité. Elle consiste en intégrant une quantité de mouvement régulière et suffisante pour stimuler la circulation cardiaque et le travail musculaire des grands muscles du corps, en évitant toute blessure au maximum. La marche remplit très bien ces conditions, les déplacements en vélo également (sauf dans les montées pentues, où l’intensité peut vite devenir élevée). Plus d’intensité (direction « exercice », ou activités à caractère « sportif ») permettra de stimuler les adaptations du métabolisme musculaire et cardiovasculaire de manière plus importante, mais avec une augmentation en parallèle du risque de devoir faire des pauses non souhaitées pour cause de blessure (qu’elle soit légère ou plus importante).

En conclusion, nul autre que Platon pourrait donner un des meilleurs conseils qui soit:

“Pour que l’homme puisse avoir du succès dans la vie, Dieu lui a donné deux attributs, l’éducation et l’activité physique. Pas séparément, un pour l’esprit et l’autre pour le corps, mais ensemble. Avec les deux, l’homme peut atteindre la perfection”

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s